LA BIBLIOTHEQUE

 

Le lecteur

 

C’est un lecteur acharné, il lit et annote en permanence toujours en quête d’une connaissance encyclopédique.

 

On retrouve parmi les ouvrages de la bibliothèque de Marcel Sembat un nombre important de livres dédicacés, qu’ils s’agisse d’auteurs littéraires, de philosophes ou d’hommes politiques. Ces derniers qu’ils soient amis ou ennemis témoignent par là du respect pour « l’homme » Marcel Sembat. Ainsi Léon Daudet, antidreyfusard et journaliste à l’action française, Maurice Barrès, antidreyfusard, ami de Sembat et ennemi de Jaurès, dédicacent un ouvrage comme l’ont fait avec toute leur amitié Léon Blum ou Charles Rappoport.

 

Les auteurs sont nombreux à lui dédicacer leur ouvrages tels Blaise Cendrars, Marcel Jouhandeau, Gustave Kahn, Jules Romains, Paul Morand, Marcel Proust, Pierre Louÿs,  Pierre Hamp, Albert Londres.

 

Marcel Sembat ne se contente pas de lire, il classe ses ouvrages selon des côtes étudiées, il prend des notes faits des résumés. Il s’oblige à un certain rythme de lecture, selon sa « méthode » comportant une partie science, une partie psychologie, une partie philosophie ou physiologie ou biologie.

 

Marcel Sembat anime après 1918 un cénacle de jeunes poètes et c’est ainsi que l’on retrouve dans sa bibliothèque nombre d’ouvrages dédicacés par de jeunes auteurs, certains manuscrits tel « Le chemin clos » de Francis Yard.

 

Marcel Sembat parle des lectures dans les cahiers noirs :

 

«  Il existe deux lectures, une active, une passive. Il faut lire d’une manière appropriée au genre d’ouvrage. Pour Kern il faut une lecture active qui plane au-dessus des pages comme un oiseau, le moi ne s’oublie pas un instant, c’est moi qui travaille, je lis Kern pour y glaner quelques documents utiles ; je souligne en marge des repères, et je sais qu’il faut aller vite. Je domine la lecture.

Dans la lecture passive, je me laisse dominer par ma lecture, je me livre à elle, je suis en condition seconde, magnétisé, prêt à boire par tous les pores tout ce qui me tombe, rosée fertilisante, d’en haut. C’est ainsi qu’il faut lire les maîtres. »

 

La bibliothèque

Marcel Sembat a laissé derrière lui plus de 5200 ouvrages, des journaux, revues, livres en langue étrangère…

Les livres, retrouvés amoncelés dans une des pièces de la maison et très abimés, ont été depuis classés et inventoriés en adaptant la classification Dewey aux cotes personnelles de Marcel Sembat.

Afin qu’ils puissent être consultés, l’association VIVHAS intervient : ils sont restaurés et saisis sur un support informatique consultable sur internet.

 

La restauration des livres : l’opération se fait en préservant au maximum l’intégrité du livre, parfois il est nécessaire de leur recréer un dos, de réparer les coutures, ou de refaire la couverture. Ces opérations sont réalisées sur les conseils d’un professionnel et entièrement financées par l’association VIVHAS. Le temps d’intervention par livre est d’environ 3h. 1200 ouvrages sont très endommagés mais en réalité la plupart sont extrêmement fragiles.

 

La bibliothèque comporte environ

200 livres de classe de Marcel Sembat et de sa famille

500 livres de philosophie

100 livres de psychologie

130 livres de religion

220 livres de sciences sociales

530 livres de science politique

350 livres de sciences

100 livres d’art

400 livres d’histoire

1800 livres de littérature française et étrangère (ouvrages en anglais, italien, allemand, espagnol, latin…)

Le reste sont des revues et journaux littéraires ou politiques.